« T’as d’beaux yeux tu sais ? »

Rédigé par Jordane

Bonjour les amies,

Aujourd’hui j’ai 25 ans !
Jordaniversaire

25 ans, un quart de siècle, la transition entre l’adolescent qu’on était et l’adulte que l’on est déjà mais surtout celui que l’on est sur le point de devenir.

Cet article est accompagné de choses qui ont marqué ma vie.

J’ai grandi dans une famille monoparentale et j’ai été fille unique pendant près de 14ans.
Ma mère vivait dans son propre mal-être vis-à-vis de sa propre famille et malgré ça, elle a tenté de me donner ce dont j’avais envie ou besoin matériellement en fonction de ces moyens.


J’étais une enfant timide et discrète pourtant trop bavarde. Je m’accrochais aux personnes qui étaient présentes pour leur parler, pour montrer que j’existais.

Jordane enfant

J’ai toujours eu peu d’amis, mais de fortes amitiés, pendant toute l’école primaire, mon amie s’appelait Hélène, un peu autoritaire elle aimait bien décider de ce qu’on devait faire, mais nous étions inséparables. (Bonjour Hélène si jamais tu passes par là un jour)
Je me rends compte avec du temps et du recul que j’ai toujours été effacé dans toutes mes amitiés, très présente si on avait besoin de moi, mais sinon je restais discrète, comme si je ne voulais pas déranger.
C’est d’ailleurs quelque chose qui m’a valu (très) longtemps des reproches, le fait de ne pas prendre de nouvelles des gens ou sinon sans jamais oublier la fameuse phrase :
– «  Je te dérange pas ? »
C’est vrai que c’est bizarre de demander ça, tant qu’on ne dit pas :
« Écoutes, je suis occupé(e ) je te rappelle après » c’est qu’il n’y a pas de problème.


J’ai grandi sans mon père, je me revois petite, me cacher derrière un meuble les jours où il devait venir me chercher, ces jours où au final il ne venait pas. Je recevais de gentils cartes à chaque Noël et quelques semaines après mon anniversaire.
Les jours où il venait me chercher pour le weekend, nous allions chez ses parents, chez qui il vivait. Son père était malade, alité, sa mère s’occupait de moi, pendant que mon père dormait dans sa chambre.
Le dimanche matin je n’avais pas d’autres choix que de regarder la messe et puis inspecteur derrick, le renard et d’autres séries allemandes super barbante quand on a plus ou moins 5-6 ans. (Enfin vous je n’sais pas… Mais moi, ça m’ennuyait vachement :D)(et je dis 5-6ans, mais je le pense toujours :)) Parfois, entre deux lumbagos mon père se levait et m’emmenait au Macdo.

On a dû aller au cinéma 2 fois, voir Pocahontas, je pense que la première fois je l’ai adoré, après j’en ai été traumatisé, à tel point que j’ai eu l’impression que mon père m’y avait emmené une 20aines de fois jusqu’à en être dégoutée. Les souvenirs sont souvent floues, donc ils nous jouent des tours, mais je me souviens surtout de ça.


Je ne parle jamais de mon père et lorsqu’on me parle de lui les gens sont surpris d’entendre que j’y pense à peine. Par période ça m’arrive, mais ça ne dure pas. Je me suis tellement faite à l’idée qu’il avait laissé tomber que… Je ne sais pas, je l’ai mis dans une boite au fond de ma tête.
C’était peut-être une façon de me protéger de son absence aussi, mais il existe.

Si je ne voyais pas mon père, j’étais très proche de ma grand-mère, qui a fait office de deuxième mère, chaque famille à ces problèmes, ces vieux secrets, les vieux serpents sous les placards (lol), ma grand-mère à essayer de rattraper avec moi le manque de présence qu’elle avait eu avec ces enfants.
Elle aimait beaucoup rire, malheureusement avec du recul je pense que ça cachait beaucoup de choses, et puis avouons-le je pense qu’elle aimait bien les blagues graveleuses. «  Bwark. »
Elle est le premier décès proche auquel j’ai dû fait face, c’était en 2005 et ça a été très douloureux pendant longtemps.
Ma grand-mère


Si je peux vous décrocher un sourire, à l’époque l’une de mes premières pensées après son décès fut :
– « « Mince » elle ne pourra jamais voir la fin des Feux de l’Amour »
Bon à vrai dire aucun d’entre nous ne pourra voir la fin, on mourra tous avant Victor Newman et Catherine Chancelor c‘est sûr. Spoiler : ( quoique je parle trop vite, sa mort est annoncée pour 2016 en France)……

Je vous épargne mes périodes de mal-être au collège et etc. déjà parce que je vous en ai déjà parlé ici, et puis c’est bon quoi : ).


Beaucoup d’entre vous le savent déjà, j’ai fait des études de peintre en bâtiment, Bep, BP j’ai aimé et j’aime toujours ce métier, mais différents facteurs ont fini par m’en lasser, des problèmes physiques, la mentalité de certains… Bref je vous en ai aussi déjà parlé donc passons.



Les cerfs-volants de Kaboul

J’ai envie de revenir au titre de l’article, c’est étrange vous me direz de fêter ses 25 ans avec ce titre.

Le fait est que toute ma vie (je saiiiiiis, je n‘ai pas encore 50ans) c’est le seul compliment auquel j’ai eu droit, « Vous avez de beaux yeux mad’moiselle » ; « Wah tes yeux !» ; « Ouh qui ta di jouli zyoux ma gazelle »(désolée pour l’accent) ; « Non mais tes yeux sont trop beaux, je veux les mêmes » ; « Tu me donnes tes yeux ? » (etc…)

Voilà ce que j’ai été avant ma rencontre avec Naf / N’sqol : la fille à qui ont dit qu’elle a de beaux yeux, et qui du coup compte dessus en les mettant en avant plus que de raisons en pensant qu’elle n’a que ça à offrir. Je les ai aimés, aimés, aimés. C’était d’ailleurs le seul truc que j’aimais chez moi, avec mes cheveux.

J’ai joué avec eux car ils étaient ce que j’étais. J’étais des yeux sur pattes (n’imaginez pas l’image mentale c’est trop bizarre)

Maintenant que j’ai compris que je n’étais pas juste ces « jolis yeux bleus-gris », j’en ai marre que les gens me complimentent sur eux, même si ça part d’un bon sentiment, je ne veux pas que ce soit ce que l’on retienne de moi, (en plus il y en a de tellement plus beaux).
Avoir de jolis yeux bleus ce n’est pas une qualité, c’est une hérédité.
Ce n’est pas parler d’un regard puissant, qui nous raconte toute une vie.
Je ne veux pas, ou plutôt personne ne veut être complimenté pour quelque chose qu’il n’a pas choisi.
Je ne me suis encore jamais retrouvée devant un distributeur d’yeux pour choisir quels seraient les miens.
: ) : ) : )

(Et) puis mes cheveux…

Voilà des années et des années(et…) que je refuse catégoriquement de les couper, comme si ça ne repoussait pas. Mon Dieu mais quelle bêtise, et j’en fais quoi de ces cheveux ? Rien. Il était temps de grandir, de prendre le ciseau (enfin, d’aller voir des pros quand même, je ne suis pas folle au point de vouloir le faire moi-même : -)) et d’alléger mes épaules, ma tête, pour la remplir de choses positives.

Merci Naf pour le super-méga-mortel dossier que tu m’as concocté, je vais le garder très, très, très longtemps.
Merci aussi Naf d’être là, de m’avoir fait grandir et de me pousser à évoluer chaque jour, me pousser dans mes retranchements, me sortir de ma zone de confort.
Mes remerciements ne pourront jamais être à la hauteur de ce que tu fais et as déjà fait pour moi.

Tu as radicalement changé ma vie.
Pour toi : 

* *** *aya

Bref, aujourd’hui j’ai 25 ans et avoir 25 ans c’est laissé tout ça derrière moi, tourner enfin la page d’un nouveau chapitre, ou plutôt d’un nouveau tome.


AVANT J’AVAIS LES CHEVEUX LONGS, MAIS ÇA, C’ÉTAIT AVANT.
BEFORE I HAD LONG HAIR, BUT NOW THAT WAS BEFORE.

Pictures by Nafissath Abdoulaye

Je vous embraaaaaaaasse et bon lundi !

 

Hello friends,

Today I’m 25!
25 years, a quarter of a century, the transition between adolescent and adult that was that one already but the largest one is about to become.

This article is accompanied by things that have marked my life.

I grew up in a single parent and I was an only child for nearly 14 years.
My mother lived in his own discomfort with respect to his own family and despite that, she tried to give me what I want or need materially based on these means.

I was a shy and quiet yet too talkative child. I clung to people who were there to talk to them, to show that I existed.

I always had few friends, but strong friendships throughout elementary school, my friend called Helen, a bit bossy she liked decide what should be done, but we were inseparable. (Hello Helen if you ever pass by there one day)
I realize with hindsight that time and I have always been cleared in all my friendships very present if you needed me, but if I stayed quiet, as if I did not want to disturb.
This is also something that got me (very) long blamed the failure to take new people or otherwise without forgetting the famous sentence:
– « I do not mind?  »
It’s true that it’s weird to ask this, so we do not say:
« Look, I’m busy (e) I’ll call you later » is that there is no problem.

I grew up without my father, I see myself small, hiding behind furniture on days when he was supposed to pick me these days in the end it did not come. I was getting kind of cards every Christmas and a few weeks after my birthday.
On days when he came to fetch me for the weekend, we went to his parents, with whom he lived. His father was sick in bed, his mother took care of me while my father slept in his room.
Sunday morning I had no other choice but to watch the Mass and then inspector derrick, fox and other German series super boring when you have more or less 5-6 years. (Well I dont know you … But not me, it really annoyed me: D) (and I mean 5-6yrs, but I still think :)) Sometimes between two lumbago my father stood up and took me to McD.

We had to go to the movies 2 times, see Pocahontas, I think the first time I loved it after I was traumatized to the point that I felt that my dad had took a 20aines times to be disgusted. Memories are often blurred, so they play tricks on us, but I especially remember that.

I never speak of my father and when I talk about it people are surprised to hear that I hardly think. Period it happens, but it does not last. I’m so used to the idea he had dropped … I do not know, I put it in a box at the back of my head.
It might be a way to protect me from his absence too, but it exists.

If I did not see my father, I was very close to my grandmother, who acted as second mother, every family these problems, these ancient secrets, old snakes under cabinets (lol), my grand- mother trying to catch up with my lack of presence she had with these children.
She loved to laugh, unfortunately in hindsight I think it hid a lot of things, and then let’s face it I think she liked the gritty jokes. « Bwark.  »
It is the first near death which I had faced was in 2005 and it was very painful for a long time.

If I can get a smile, at the time one of my first thoughts after his death was:
– «  » Damn « she will never see the end of the Young and the Restless »
Good indeed none of us can see the end, we all die before Victor Newman and Catherine Chancelor sure. Spoiler: (though I talk too fast, his death was announced for 2016 in France) ……

If I can get a smile, at the time one of my first thoughts after his death was:
– «  » Damn « she will never see the end of the Young and the Restless »
Good indeed none of us can see the end, we all die before Victor Newman and Catherine Chancelor sure. Spoiler: (though I talk too fast, his death was announced for 2016 in France) ……

I’ll spare you my periods of unhappiness in college and so on. already because I’ve already mentioned here, and that’s what good:).

Many of you already know, I studied house painter Bep, BP I loved and I still love this job, but several factors eventually get bored, physical problems, the mentality of some short … I also talked so let.

« You have beautiful eyes you know »

I want to return to the title of the article, it’s strange you say to celebrate its 25th anniversary with this title.

The fact is that all my life (I know, I have not yet 50 years) is the only compliment which I got, « You have beautiful eyes mad’moiselle »; « Wah your eyes! »; « Ooh that your di jouli zyoux my gazelle » (sorry for the accent); « No, but your eyes are too beautiful, I want the same »; « You give me your eyes? « (Etc …)

That’s what I was before I met Naf / N’sqol: the girl who said she has beautiful eyes, and suddenly above account by highlighting more than reasons for thinking that she has it to offer. I loved, loved, loved. It was also the only thing I liked about me, with my hair.

I played with them because they were what I was. I was eyes on legs (can not imagine the mental image is too weird)

Now that I realized that I was not just these « pretty blue-gray eyes, » I’m sick of people compliment me on them, even if it goes a good feeling, I do not want this is what we retain me (in addition there is so much more beautiful).
Have pretty blue eyes this is not a quality, it is an inheritance.
This is not about a powerful gaze, which tells us a lifetime.
I do not want, or rather no one wants to be praised for something he did not choose.
I did never before found a distributor of eyes to choose what would be mine.
:):):)

(And) then my hair …

For years and years (and …) that I categorically refuse to cut, as if that were not rejected. But my God how stupid, and I do what these hair? Nothing. It was time to grow up, take the chisel (well, to go to the pros anyway, I’m not crazy enough to want to do it myself: -)) and reduce my shoulders, my head, to fill it with positive things.

Naf thank you for the super-mega-deadly folder that you put together, I’ll keep it very, very long time.
Naf thank you also for being there, for making me grow and push myself to evolve every day, pushing me into a corner, get me out of my comfort zone.
My thanks will never be up to what you do and have done for me.

You have radically changed my life.
For you:

In short, today I am 25 years old and have 25 years is left all that behind me finally turn the page on a new chapter, or rather a new volume.

 

kisses kisses and good Monday!

13 réflexions sur “« T’as d’beaux yeux tu sais ? »

  1. nsqol 9 juin 2014 / 09:19

    Happy birthday ma beauté!

    Le reste tu le sais…..
    Je t’aimebrasse.

  2. Morwen 9 juin 2014 / 09:25

    Jordane, que dire, merci de partager à nouveau avec nous une tranche de vie, rares sont celles à le faire et je sais à quel point c’est intime.
    Tu es MAGNIFIQUE, franchement cette coupe te va à ravir, je te trouve carrément plus féminine et tellement sexy avec ces cheveux courts, une vraie bombe !
    Je te l’ai déjà maintes fois dit, tu es une femme que je trouve simplement belle.

    Très joli hommage à Naf également, on sent que votre relation est très forte et c’est beau à voir.

    Encore un très joyeux anniversaire.

    Bises à vous deux.

    • Jordane 11 juin 2014 / 20:35

      Bonsoir Morwen,
      Merci beaucoup pour ton commentaire, il m’a fait très plaisir. Merci pour la coupe je suis d’accord avec toi et je me sens tellement mieux avec elle qu’avec mes cheveux longs…

      Merci encore, on t’embrasse toutes les deux

  3. lilie 9 juin 2014 / 10:36

    Happy birthday to you Jordane!!!

    Hilarante cette vidéo. C’était donc ça votre private joke, ça c’était avant.
    Très belle journée à toi.

    Pleins de bises.

  4. lilie 9 juin 2014 / 10:46

    Je viens de réaliser que les premieres secondes de la mélodie des feux de l’amour sont identiques à la chanson « tu es mon autre » de lara fabian. C’est peut-être pour ça que ta grand mère adorait.

    • Jordane 11 juin 2014 / 20:41

      Bonjour Lilie,

      Merci beacouup ! Tu m’as fait mourir de rire et j’ai halluciné avec les chansons de Lara Fabian et des Feux de l’amour, le plus drôle c’est que Naf s’en était rendu compte peut-être 1h avant ton com^^ J’ai halluciné.

      Merci beaucoup en tout cas. Bisouus

  5. Eve 9 juin 2014 / 11:03

    Ahhhh quel billet si touchant…Je me suis retrouvée dans beaucoup de choses! Moi aussi j’ai vécu sans père…et je demande toujours si je dérange quand je téléphone à quelqu’un !!!! Mais l’essentiel c’est qu’on avance !!! Tu es magnifique avec tes cheveux courts, ça t’apporte beaucoup de style et de caractère! Gros bisous et joyeux anniversaire !!!!!

    • Jordane 11 juin 2014 / 20:52

      Bonsoir Eve,
      Merci merci, j’imagine que beaucoup d’autres ont pu se retrouver dans mon petit récit sur mon père, mais le coup du téléphone… Je m’y attendais moins. lol :)
      Tu as raison, on avance !
      Merci encore et gros bisous aussi

  6. La Nomade 9 juin 2014 / 12:06

    Joyeux anniversaire ! Cette coupe te va très bien. Ton récit est très bien écrit et ce partage est émouvant. Que ces prochaines années ne t’apporte que bonheur amour et epanouissement ! Mouak !

    • Jordane 11 juin 2014 / 20:53

      Bonjour Nomade gourmande, merci beaucoup, ton message m’a faiit super plaisir !
      Merci merci et pleins de bisous!

  7. Anais Pénélope 9 juin 2014 / 15:47

    Hey salut ma gazelle ! Un très bon anniversaire ma belle et surtout quel bel article ! Ton « nouveau » toi est superbe, tu es une vraie beauté tant de l’extérieur que de l’intérieur ! Je t’embrasse !

    • Jordane 11 juin 2014 / 20:55

      Coucou ma belle ! Merci encore pour ton mot je suis très contente que ma nouvelle coupe fasse l’unanimité, même si dans les faits ça n’aurait pas changé mon avis, lol

      Pleins de bisouuus

Un petit mot ? ~ A small word ? - Sorry in advance, sometimes the comments don't pass.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s